Contact Us

Use the form on the right to contact us.

You can edit the text in this area, and change where the contact form on the right submits to, by entering edit mode using the modes on the bottom right. 

         

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

Pourquoi je veux continuer de diriger la Francophonie

Presse

Pourquoi je veux continuer de diriger la Francophonie

Philippe Duhamel

OPINION

Pourquoi je veux continuer de diriger la Francophonie

MICHAËLLE JEAN
SECRÉTAIRE GÉNÉRALE DE LA FRANCOPHONIE

Il y a un peu plus de trois ans, les chefs d’État et de gouvernement, réunis au sommet de Dakar, m’ont fait l’honneur de placer en moi leur confiance en m’élisant Secrétaire générale de la Francophonie, une organisation internationale qui réunit aujourd’hui 84 États et gouvernements sur les cinq continents, qui en plus de la langue française, son trait d’union pour agir, défend ardemment le multilinguisme, la diversité des expressions culturelles des peuples et se définit autour d’un humanisme intégral et des valeurs universelles.

Mais « notre francophonie », comme l’affirmait Léopold Sédar Senghor en 1985 déjà, « n’est ni une tour ni une cathédrale. Elle s’enfonce dans la chair ardente de notre temps et ses exigences ». L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) agit donc toujours plus au rythme d’un monde de plus en plus fracturé, où des crises politiques et humanitaires font rage, des défis technologiques et de développement se posent avec une acuité renouvelée, où nous sommes tous gravement exposés et déstabilisés par le terrorisme, la montée des extrémismes, sans oublier les effets dévastateurs du réchauffement climatique. Nous devons aussi composer avec des exodes forcés et des mouvements migratoires d’une ampleur jamais égalée.

De fait, ces défis de taille, souvent inédits, exigent une mobilisation internationale sans précédent, sur la base d’un multilatéralisme plus vigoureux, plus concerté, mieux coordonné et engagé sur le long terme, mais aussi d’un multipartenariat ouvert à toutes les forces vives de nos sociétés.

Face à ces exigences, mon souci a été de positionner avec force et de faire fructifier l’apport inestimable de la Francophonie. L’OIF est désormais fréquemment appelée à intervenir au sein de forums internationaux, là où des décisions cruciales et des plus urgentes se prennent, y compris au Conseil de sécurité de l’ONU. Ses atouts, ses spécificités, son expertise dans les domaines les plus variés sont, sans contredit, autant d’avantages comparatifs recherchés, à la fois par les acteurs nationaux, mais aussi par les partenaires internationaux.

La Francophonie est ainsi en mouvement, de plus en plus demandée et attendue sur le terrain, porteuse d’actions stratégiques, de synergies bien alignées avec plus de pragmatisme, de souplesse, un souci constant de résultats, de rigueur et d’utilisation optimale des ressources.

L’OIF demeure patiemment impliquée, dans une démarche de prévention structurelle, dans le renforcement des institutions de l’État de droit, de la gouvernance démocratique, de la défense des droits et des libertés, de la prévention, la gestion et la sortie de crises, tout en se donnant les moyens d’accompagner des pays en proie à toutes ces nouvelles menaces externes que sont le terrorisme, le crime transnational organisé et de tous les trafics qui viennent affaiblir l’État de droit et saper les efforts déployés en faveur du développement et de l’émergence. Cela, trop peu de Québécois le savent, il faut le faire entendre !

J’ai voulu aussi relever le pari pris au sommet de Dakar, en toute priorité, de l’inclusion des femmes et des jeunes comme autant de solutions, autant de vecteurs de paix et d’acteurs de développement.

ACCOMPAGNER LES JEUNES

L’OIF accompagne et mobilise plus que jamais des milliers de jeunes sur toute la planète, les engage dans l’action citoyenne, soutenue comme un droit, mais aussi une responsabilité, dans la prévention de la radicalisation violente, dans l’innovation, la réalisation et la concrétisation de solutions à des problèmes aussi urgents que cruciaux sur le terrain. Nous aimons investir dans leur énergie, leur créativité, leur volonté de contribuer à l’essor de leur pays, à une croissance équitable et durable, génératrice de plus de cohésion sociale, de stabilité et de sécurité, de justice et de liberté dans l’espace francophone comme dans le monde. Rien n’est plus gratifiant que de les voir à l’œuvre, associant la riche diversité de leurs perspectives, de leurs idées et de leurs expériences.

Nous y mettons d’autant plus d’ardeur que, dans la grande majorité de nos pays, plus de 60 % de la population a moins de 30 ans et que cette jeunesse est exposée aux affres d’un chômage chronique qui suscite des angoisses profondes, un sentiment d’impasse et un désenchantement que des organisations criminelles savent parfaitement exploiter.

Nous ne ménageons donc aucun effort pour accompagner l’épanouissement de milliers de jeunes, leur insertion socioprofessionnelle, la structuration de leurs initiatives entrepreneuriales à travers des incubateurs, accélérateurs et espaces collaboratifs pour lancer leurs entreprises, mais, bien entendu, à travers aussi l’accès à une éducation et une formation professionnelle, technique et technologique de qualité, en pleine adéquation avec les réalités économiques de leur région.

AUX CÔTÉS DES FEMMES

De même pour les femmes. Je m’assure que la Francophonie soit constamment aux côtés des femmes et des filles, dans le combat pour le respect de leurs droits, pour une égalité, dans les faits, avec les hommes et l’assurance d’une autonomisation économique, gage primordial d’émancipation. Pour elles aussi, l’accès à l’éducation et à la formation est capital, comme l’investissement dans la pérennisation et la viabilité de leurs initiatives économiques. Nous avons, par exemple, doté les femmes entrepreneures de tout l’espace francophone d’une plateforme de réseautage des plus performantes et inclusives pour maximiser leur accès aux marchés locaux et internationaux.

Tout cela, nous l’accomplissons en co-construction avec les États et les gouvernements, le concours inestimable de nos réseaux de parlementaires, d’universités, de maires, nos réseaux institutionnels et professionnels aguerris, une société civile engagée sur le terrain et en état de constante vigilance.

La tâche est ardue et les chantiers d’une telle importance que je ne me laisse aucunement distraire, ni déstabiliser par les campagnes de dénigrement, de désinformation et de diffamation, aussi avilissantes soient-elles.

Mais j’estime nécessaire de répondre en toute transparence à cette campagne menée avec hargne, à cet acharnement partisan et idéologique qui m’attribue des « dépenses somptuaires » et « un train de vie extravagant ». Des accusations qui n’ont rien à voir avec les faits ni la personne que je suis.

En ce qui concerne l’amélioration et la modernisation de nos pratiques administratives, j’ai personnellement tenu, par souci de transparence, à ce que les contrôles administratifs à l’OIF, déjà aux normes internationales avec un audit interne et un audit externe méticuleux, soient soumis à une reddition des comptes régulière aux États et aux gouvernements membres.

J’avoue être fière d’autant d’accomplissements en seulement trois ans, de toutes ces réformes bien menées, des résultats appréciables engrangés et je suis prête à garder le pied solidement à l’étrier pour un second mandat.


Source : LA PRESSE+, édition du 7 juin 2018,  section DÉBATS, écran 8.
 

http://plus.lapresse.ca/screens/04fc06c5-56e7-40fb-90b4-229870dd454d__7C___0.html?utm_medium=Email&utm_campaign=Internal+Share&utm_content=Screen