Contact Us

Use the form on the right to contact us.

You can edit the text in this area, and change where the contact form on the right submits to, by entering edit mode using the modes on the bottom right. 

           

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

236.jpg

Envoyée spéciale de l'UNESCO pour Haïti

Michaëlle Jean

Envoyée spéciale de l'UNESCO pour Haïti
(2010-2014)

 

« Il nous faut être solidaire d’Haïti, de son présent comme de son avenir, aux côtés des forces vives de la société, aux côtés des citoyens, qui doivent être considérés comme des partenaires à part entière, dans l’esprit d’une gouvernance inclusive qui a à cœur de valider et de reconnaître les initiatives de ses collectivités »
— Michaëlle Jean
Michaëlle Jean examine les dégâts à la cathédrale épiscopale de Port-au-Prince, le 8 mars 2010. Elle avait été baptisée dans cette église. photo : John Kenney, The Gazette.  

Michaëlle Jean examine les dégâts à la cathédrale épiscopale de Port-au-Prince, le 8 mars 2010. Elle avait été baptisée dans cette église.
photo : John Kenney, The Gazette.  

De 2010 à 2014, à l’invitation de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, la très honorable Michaëlle Jean a apporté son concours à la refondation d’Haïti, son pays d’origine durement éprouvé par le séisme de janvier 2010, à titre d'Envoyée spéciale de l’UNESCO pour Haïti. Pendant quatre ans, Madame Michaëlle Jean travaillera en lien avec le gouvernement haïtien et la société civile afin que la reconstruction réponde aux espoirs et aux besoins  du pays.

Dans la foulée du tremblement de terre meurtrier du 12 janvier 2010 en Haïti, Mme Irina Bokova, directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, avait invité Michaëlle Jean, dont le mandat de gouverneure générale et de commandante en chef du Canada touchait son terme, à soutenir les efforts de l’UNESCO en Haïti. 

Madame Bokova a fait appel à Mme Jean en raison de ses qualités reconnues de dirigeante, de son dynamisme, de sa grande expérience de la coopération internationale et de sa connaissance intime du terrain et du peuple haïtien. Dans les jours et les semaines qui ont suivi le séisme, Mme Jean a déployé toute son énergie pour apporter une aide d’urgence au pays dévasté en faisant appel à ses nombreux réseaux pour canaliser les élans de solidarité vers les besoins des sinistrés. Dans sa tâche, l’Envoyée spéciale de l’UNESCO pour Haïti travaille de concert avec le personnel de l’Organisation au siège social à Paris ainsi qu'au bureau de Port-au-Prince, pour soutenir la mise en œuvre de ses programmes qui s’inscrivent dans la reconstruction à long terme du pays. Elle parcourt le monde pour sensibiliser les gouvernements, le secteur privé et les citoyens aux défis d'Haïti, afin de mobiliser les fonds et les efforts nécessaires.

Mme Jean a entretenu des liens étroits et respectueux avec l’État haïtien, guidée par son Plan d’action pour le relèvement et le développement, et ses interventions prioritaires pour une refondation territoriale, économique, sociale et institutionnelle. Elle a toujours maintenu un intérêt particulier pour toutes les questions touchant l’éducation, la culture et les moyens de lutter contre la vulnérabilité.  

Michaëlle Jean avec la directrice générale de l'UNESCO,  Mme Irina Bokova, en 2010. photo : UNESCO/Michel Ravassard.  

Michaëlle Jean avec la directrice générale de l'UNESCO,  Mme Irina Bokova, en 2010.
photo : UNESCO/Michel Ravassard.

 

À titre d'Envoyée spéciale, elle a mis en relation une multitude d’experts et de partenaires, toujours dans l’objectif de maximiser le développement humain et social du pays, de renforcer ses capacités et de promouvoir la revitalisation, l’affirmation d’Haïti, pour réduire la dépendance du pays à l’aide internationale. De 2010 à 2014, Mme Jean n’a ménagé aucun effort pour rejoindre et mettre en mouvement les principaux secteurs de la société haïtienne afin de réaliser les chantiers prioritaires qu’ils ont eux-mêmes identifiés. Elle est allée chercher les expertises et les appuis internationaux nécessaires et les engage à travailler main dans la main avec les partenaires haïtiens. En cela, l’appartenance d’Haïti à la Francophonie a été un atout qui lui a permis de tisser un maillage novateur et productif pour la réalisation de projets bien arrimés au bagage culturel, économique et scientifique du pays : sa langue, ses pratiques, ses ressources, ses institutions, ses sensibilités.

Le jeune Johan embrasse Michaëlle Jean lors d'une visite officielle dans un orphelinat de Santo Domingo, en République dominicaine. Le garçon a survécu à huit jours sous les décombres, avant d'être rescapé.  photo : Paul Chiasson, Presse canadienne.

Le jeune Johan embrasse Michaëlle Jean lors d'une visite officielle dans un orphelinat de Santo Domingo, en République dominicaine. Le garçon a survécu à huit jours sous les décombres, avant d'être rescapé. 
photo : Paul Chiasson, Presse canadienne.

Au quotidien, Michaëlle Jean s’est appliquée à prodiguer conseils et à accompagner, jouant fréquemment un rôle-clé de facilitation, de médiation et de gestion de crise. En quatre ans, elle a mené de nombreuses missions sur le terrain, auprès des populations, des autorités du pays et de ses institutions, auprès des organisations multilatérales et internationales, d’organismes humanitaires et de la société civile, auprès des États et de nombreux réseaux, qu’ils soient privés ou publics, officiels ou informels. 

En compagnie du président de la République d'Haïti, M. Michel Joseph Martelly, et de la directrice générale de l'UNESCO, Mme Irina Bkova, lors d'une mission officielle de Michaëlle Jean  en 2013, au Parc National La Visite, à Seguin en Haïti. photo : UNESCO.

En compagnie du président de la République d'Haïti, M. Michel Joseph Martelly, et de la directrice générale de l'UNESCO, Mme Irina Bkova, lors d'une mission officielle de Michaëlle Jean  en 2013, au Parc National La Visite, à Seguin en Haïti.
photo : UNESCO.